Retour à tous les messages
Prospérer en équipe

Thrivers In Focus : Célébrer le mois de la fierté

1 juin 2023

En ce mois de la fierté, nous sommes fiers de présenter les histoires inspirantes de nos employés diversifiés et talentueux. Dans cet espace, nous honorons le pouvoir de l'authenticité en amplifiant les voix des personnes au sein de notre organisation qui s'identifient comme LGBTQ+. À travers leurs histoires personnelles, nos Thrivers partagent leurs parcours de découverte de soi, d'acceptation et de croissance. En mettant l'accent sur leurs expériences, nous visons à favoriser la compréhension, l'empathie et une profonde appréciation de la tapisserie dynamique des identités qui enrichissent notre lieu de travail. Rejoignez-nous alors que nous célébrons la résilience, les triomphes et la poursuite continue du bonheur vécus par nos collègues LGBTQ+ au cours de ce mois spécial de reconnaissance.
 

_________________________________

 

Brandon Valence

Gestionnaire de location flottante

Si vous pouviez inviter n'importe quelle figure ou activiste LGBTQ+ (fictive ou non) à dîner, qui serait-ce et pourquoi ?
J'inviterais Bad Bunny à dîner. Même s'il ne s'identifie peut-être pas à la communauté LGBTQ +, il a fait des efforts considérables dans ses paroles et ses vidéoclips pour soutenir la communauté. Dans sa chanson, Caro, il déclare : « Porque no puedo ser así, en qué te hago daño a ti » après qu'un homme soit venu l'embrasser dans la vidéo. Cela se traduit par "Pourquoi ne puis-je pas être qui je suis, comment est-ce que je te fais du mal?" Bad Bunny a rendu la communauté hispanique/latino plus accueillante pour les LGBTQ+ qu'elle ne l'a jamais été.

Pouvez-vous donner des conseils ou des mots d'encouragement à d'autres personnes LGBTQ+ qui pourraient naviguer dans leur identité dans le monde professionnel ?
Être soi-même. Vous serez tout aussi incroyable, aussi efficace et un atout pour votre équipe, quelle que soit votre identité. Ne le laissez pas vous définir et vous limiter dans le monde professionnel, mais laissez-le vous permettre d'être vous-même et de maximiser votre plein potentiel. Il y a trop de fois où je rencontre des professionnels qui ne sont pas à l'aise avec leur voix en raison de leur identité ou d'autres facteurs d'auto-identification expressifs qui peuvent être marginalisés.

Que signifie le mois de la fierté pour vous personnellement ? Comment célébrez-vous et honorez-vous ce mois?
Pour moi, la fierté signifie amour, inclusion, célébration et bonheur en un seul mot. Accepter et célébrer des différences aussi incroyables qui font de notre monde un endroit plus fort et plus inclusif est un monde dont je veux faire partie.

 

Obed Mena

Gestionnaire de communauté

Pouvez-vous partager votre parcours personnel de découverte de vous-même et d'acceptation de votre identité LGBTQ+ ? Comment ce parcours a-t-il façonné votre vie personnelle et professionnelle ?
Mon parcours personnel en tant que membre de la communauté LGBTQ+ a été difficile, surtout au début, mais une fois que j'ai su que je ne pouvais pas changer qui j'étais, j'ai commencé à prendre mes leçons de vie et à accepter qui j'étais. La plus grande leçon que j'ai apprise était l'estime de soi; si vous croyez que vous êtes plus qu'assez et que vous êtes vous-même, non seulement vous aurez toute l'estime de soi dont vous avez besoin, mais aussi la confiance nécessaire pour affronter n'importe quoi ! Vous attirerez le même type de personnes et d'énergies de tous horizons. Dans ma vie professionnelle, je suis fier d'apporter un sourire amical et une énergie positive à chaque lieu de travail. En plus d'apporter la même estime de soi et la même confiance sur le lieu de travail, je me souviens de ce que je ressentais de ne pas être vu plus tôt dans ma vie, alors je me fais un objectif de voir mes collègues, les résidents et tout le monde autour de moi. Parfois, apporter un café glacé à quelqu'un après une semaine bien remplie au milieu de la haute saison suffit pour qu'il sache qu'il est apprécié et vu.

Si vous pouviez inviter n'importe quelle figure ou activiste LGBTQ+ (fictive ou non) à dîner, qui serait-ce et pourquoi ?
Si je pouvais inviter une personnalité LGBTQ+ à dîner, ce serait Jared Polis. Il est le premier gouverneur ouvertement homosexuel de l'histoire des États-Unis. Il a eu le courage de se lever, d'être fier de qui il était et de montrer à son État d'origine, le Colorado, qu'il était prêt à diriger. À travers tout cela, il n'a jamais caché la dynamique de son mari ou de sa famille. Jared Polis était également le gouverneur qui a signé l'interdiction de la thérapie de conversion gay dans le Colorado, ce qui était une étape pour montrer aux jeunes LGBTQ+ qu'ils comptaient et seraient protégés. J'adorerais dîner avec lui et en savoir plus sur son cheminement vers là où il est aujourd'hui.

Pouvez-vous donner des conseils ou des mots d'encouragement à d'autres personnes LGBTQ+ qui pourraient naviguer dans leur identité dans le monde professionnel ?
Mon conseil aux personnes LGBTQ+ qui naviguent dans leur identité dans le monde professionnel est d'être en sécurité. Il est important de se rappeler que nos voix ne sont toujours pas entendues partout. Je comprends la peur de la réaction de différents collègues lorsqu'ils voient une photo de ma famille, mais si vous avez ne serait-ce qu'un seul allié dans votre bureau, cela pourrait faire toute la différence. Si vous êtes dans un environnement où il n'est peut-être pas le plus accueillant pour les personnes LGBTQ+, vous avez la possibilité de faire un changement. Même les plus petites choses peuvent ouvrir une conversation. Par exemple, si tout le monde parle de ses week-ends avec sa femme ou son mari, remplacez simplement ces mots par des déclarations telles que « mon partenaire » ou « ma personne ». Surtout, ne vous sentez jamais obligé de faire votre coming-out ; sachez que vous pouvez choisir quand, où et comment partager votre histoire au travail.

Comment voyez-vous le mois de la fierté contribuer au mouvement plus large pour les droits et la visibilité LGBTQ+ ?
Le mois de la fierté contribue au mouvement global plus large pour les droits et la visibilité LGBTQ+ en rappelant à tous que nous sommes ici, que nous existons, que nous n'allons nulle part et que nous nous battrons pour nos droits. Pendant que nous nous frayons un chemin devant les tribunaux pour obtenir nos droits et faire campagne lorsqu'il y a des mesures de vote pour consolider nos droits dans les lois de l'État, il est important que les gens voient que nous sommes ici. Nous sommes peut-être une minorité aux États-Unis et dans le monde, mais nous sommes médecins, éducateurs, gestionnaires immobiliers, mécaniciens et bien plus encore. Lorsque nous nous présentons et nous levons en disant : « Je fais partie de ce groupe », les gens voient que nous contribuons à la société de tous les jours.

Que signifie le mois de la fierté pour vous personnellement ? Comment célébrez-vous et honorez-vous ce mois?
Le mois de la fierté, pour moi, est un moment d'introspection et de célébration ! Si tu m'avais dit à 15 ans qu'en moins de dix ans, je me serais pleinement accepté, laissé derrière moi les personnes qui ne me soutiennent pas, trouvé ma famille d'élection et, surtout, retrouvé le bonheur et la confiance en qui je suis, je ne le ferais pas t'ont cru. Pour moi, ce mois-ci consiste à regarder en arrière où j'étais et à regarder vers l'avenir. C'est aussi un moment pour aider les autres qui sont en difficulté. J'aime donner au Projet Trevor parce que c'est un programme qui aide les plus vulnérables de notre communauté.

 

Jour Joseph

Gestionnaire de communauté adjoint

Pouvez-vous partager votre parcours personnel de découverte de vous-même et d'acceptation de votre identité LGBTQ+ ? Comment ce parcours a-t-il façonné votre vie personnelle et professionnelle ?
Je n'ai pas grandi dans une famille qui discutait de l'identité queer. Je connaissais un oncle éloigné qui était gay, qui vivait en Californie en train de se coiffer, et j'ai vu comment les homosexuels étaient représentés dans les émissions de télévision. Je ne me suis jamais vraiment identifié à la représentation que j'ai vue - je n'ai certainement jamais voulu être coiffeur ou déménager en Californie.

J'ai commencé à être victime d'intimidation dès mon entrée au collège. Un peu tardive, je n'avais aucun intérêt pour les sujets que beaucoup de préadolescents découvraient. Je me souviens encore de la première fois où j'ai été appelé af*g par un pair, ça m'est resté toutes ces années parce que je n'avais aucune conception de la sexualité à 12 ans, mais c'était déjà un point négatif dans ma vie. Je connotais être gay avec une mauvaise chose, encore une fois, avant même d'avoir une idée de ce que cela signifiait. Cela m'a amené à me replier sur moi-même, à cacher ma flamboyance, à m'habiller de manière plus rigide et à éviter de me lier d'amitié avec des filles de peur que si j'en avais trop, ce serait une autre chose dont je pourrais me moquer. Je ne voulais pas accepter quoi que ce soit qui donnerait à quelqu'un une autre raison de penser que j'étais tout sauf hétérosexuel. C'est effrayant d'être un jeune qui est censé découvrir son identité mais qui fait tout ce qu'il peut pour la cacher. Je m'étais convaincu que si je faisais mon coming out, je me limiterais aux opportunités dans ma carrière, ma vie personnelle, mes objectifs dans la vie, tout ça.

C'est après avoir commencé à travailler comme caissier de banque et rejoint un groupe d'employés axé sur l'équité, la diversité et l'inclusion que j'ai réalisé que la perception que j'avais et les objectifs vers lesquels je travaillais étaient tous des objectifs que d'autres personnes m'avaient dit que je devrait accomplir; je devrait épouser une femme, et je devrait avons deux enfants, nous devrait acheter un chien, et nous devrait acheter une maison avec la palissade blanche. Mais ce sont des objectifs hétéronormatifs que beaucoup d'entre nous sont censés atteindre dès leur plus jeune âge, et j'ai réalisé que ces objectifs vers lesquels je travaillais n'avaient jamais vraiment été. mon buts. Ce n'est qu'alors que j'ai pu pleinement m'embrasser.

Après avoir eu 20 ans, j'ai fait mon coming-out à mes amis les plus proches, une chose très effrayante à faire. Je disais essentiellement à toutes les personnes que j'aimais que la personne qu'elles connaissaient n'était pas réelle mais une version de moi-même que je devais simuler chaque jour. Après être sorti avec eux, j'ai ramené la personne avec qui je sortais à la maison et, lors d'un match des Mariners, j'ai annoncé à ma famille : "C'est mon petit ami, et il passe la nuit, et si vous avez besoin de nous, je serai dans ma chambre .” Mes parents et mes frères et sœurs me taquinent maintenant sur le fait que mon « placard avait des portes vitrées » et je suis reconnaissant que, bien qu'ils aient une meilleure idée de mon identité que moi, ils m'ont permis de l'accepter à mon rythme.

Maintenant, j'ai redécouvert mon identité au fur et à mesure. J'ai raté beaucoup d'explorations dans ma jeunesse que je fais maintenant, comme acheter des vêtements que je ne regarderais jamais, jouer avec du maquillage, danser comme Shakira, même écouter de la musique différente, et surtout, démanteler l'idée de ce que ma vie devrait être comme, et le restructurer pour être une vie que je suis excité vivre.

Je vis ma vie avec audace maintenant; Je suis moi-même sans vergogne; Je suis une championne de la diversité en milieu de travail. J'ai l'impression que lorsque les gens peuvent se montrer les plus authentiques au travail, ils peuvent travailler mieux que jamais. J'ai une nouvelle confiance en moi qui ne fait que grandir au fur et à mesure que j'apprends et découvre plus de parties de moi-même. Cette confiance m'a amené à poursuivre des opportunités de carrière que je n'aurais jamais eues et m'a amené à participer à des discussions qui n'ont fait qu'élargir mon champ d'action et approfondir ma compréhension des autres. Je ne regrette pas mon histoire, mais parfois j'aurais aimé m'être embrassé plus tôt. En fin de compte, l'univers avait des plans pour moi que, sans mes expériences, je n'aurais pas pu accomplir.

Si vous pouviez inviter n'importe quelle figure ou activiste LGBTQ+ (fictive ou non) à dîner, qui serait-ce et pourquoi ?
C'est si difficile! J'en ai tellement. Je pense que le haut de ma liste serait Freddie Mercury ou Prince ! Freddie était lui-même sans vergogne, était si intrépide dans l'expression de sa sexualité pendant une période d'inconfort extrême pour notre communauté, et il n'a jamais ressenti le besoin de justifier ou de discuter de sa décision d'être ouvertement gay pendant cette période. Queen est l'un des groupes les plus célèbres à ce jour, et Freddie nous a été enlevé bien trop tôt. J'aimerais avoir son point de vue sur l'identité queer en 2023 et sur ce qu'il pense de l'avenir de la communauté LGBT+. Malgré les opinions quelque peu conservatrices de Prince plus tard dans la vie, il a joué un rôle important dans le démantèlement de la masculinité, et sa musique parle de s'embrasser de tout cœur. J'aimerais avoir son point de vue sur l'identité masculine et comment nous pouvons continuer à restructurer ce qu'elle est.

Pouvez-vous donner des conseils ou des mots d'encouragement à d'autres personnes LGBTQ+ qui pourraient naviguer dans leur identité dans le monde professionnel ?
Une citation que ma mère m'a écrite quand je m'embrassais pour la première fois :

“Vous jouer petit ne sert pas le monde. Il n'y a rien d'édifiant à se rétrécir pour que les autres ne se sentent pas en insécurité autour de vous. En laissant briller votre propre lumière, vous donnez indirectement aux autres la permission de faire de même. – Marianne Williamson.

Comment voyez-vous le mois de la fierté contribuer au mouvement plus large pour les droits et la visibilité LGBTQ+ ?
Je pense que le mois de la fierté a une longue histoire aux États-Unis. Initialement inventé le mois de la fierté gaie et lesbienne par le président Clinton dans les années 1990, le président Obama a élargi la portée et l'a rendue plus inclusive au début des années 2010 en incluant officiellement la communauté bisexuelle et transgenre dans le mois. Cela en soi montre des progrès en tant que nation pour devenir plus inclusive. Notre pays a été fondé sur la rébellion, le démantèlement du patriarcat et la création d'un monde plus équitable pour tous. Le mois de la fierté est une continuation des batailles que nos ancêtres ont menées ; la première célébration était une émeute après tout. En poursuivant ces célébrations, nous ne faisons que créer un espace plus inclusif pour les gens, et dans ces espaces intentionnels, nous forgeons une société globalement meilleure axée sur la croissance et le progrès. Je suis ravi de voir ce que Pride deviendra au cours des 10 prochaines années alors que les jeunes générations approchent de l'âge adulte et que l'inclusivité devient un sujet plus répandu.

Que signifie le mois de la fierté pour vous personnellement ? Comment célébrez-vous et honorez-vous ce mois?
Le mois de la fierté, pour moi, est un autre mois. Je m'embrasse toute l'année maintenant - personnellement, je n'ai plus besoin d'un seul mois pour avoir la confiance d'être qui je suis. J'honore mon voyage ce mois-ci en me rappelant qui a rendu ces libertés possibles - les femmes transgenres BIPOC qui ont déclenché la première émeute qui a conduit aux marches qui ont conduit aux défilés que nous vivons maintenant. En m'honorant, je peux honorer ceux qui m'ont précédé et ont mené le combat qui nous a permis de célébrer si ouvertement.